Retour d'Alger

peintures


Fin des années 1990. L'Algérie, secouée par les attentats, voit le sang couler dans les rues. Lorsqu'intellectuels, artistes et journalistes craignent les attaques meurtrières et que les passants ordinaires vivent dans la peur du déchirement, une "déflagration multicolore" se met en mouvement dans une dizaine de villes françaises pour affirmer sa solidarité avec le peuple algérien. Dans chaque ville, quelques peintres travaillent en public sous l'égide d'une association qui propose aussi des éclairages journalistiques et littéraires de la situation. Toutes les toiles se retrouveront à l'Ecole des Beaux Arts d'Alger pour former un choeur artistique, à l'endroit même où furent assassinés le directeur et son fils.

Après ce moment collectif d'affirmation silencieuse du refus de la terreur et de la soumission, les sensations et les couleurs du séjour là-bas font l'objet de la série "Retour d'Alger".



Ci-contre : Silence sans-titre.

Monique Josse, 2008.          mentions légales    Creative Commons License           optimisé pour : résolution 1024x768px - Internet explorer 7 - Firefox 3.0 - Opera 9.6